Un marché de la façade sur le fil du rasoir

#Marchés Publié le 28 juin 2021 à 13h14

Surchauffe post-premier confinement, casse limitée en 2020, activité soutenue début 2021… Depuis un an, le marché de la façade suit grosso modo et sans surprises, avec des nuances propres au tertiaire et au logement collectif, le même mouvement que le reste de la menuiserie et du bâtiment. Les prix et les approvisionnements des matières premières en ligne de mire.

Chez Wicona, Kaïsse Kamal, directeur de la prescription, résume un constat partagé : « La pandémie génère un décalage des décisions dans le temps mais l’activité est là. En 2020, Wicona a même détecté plus d’affaires. Les programmes publics sont maintenus. On observe des reports d’investissements dans le secteur privé mais les bureaux d’études façades font part d’un grand volume d’activité. »
Les gros chantiers tertiaires privés ont mis plus de temps à redémarrer après le premier confinement, certains restent suspendus. Ce marché, impacté « par la baisse des permis de construire et par cette période d’instabilité, l’est aussi par les changements d’usages du bureau », fait remarquer Cédric Puyou, responsable produit façades chez Schüco, avant de tempérer : « On sent la tendance à un regain, mais on table sur un secteur tendu jusqu’à la fin de l’année. »
Les prochaines échéances électorales, « et un contexte politique difficile à lire dans les grandes métropoles françaises », souligne Pascal Violleau, directeur de la prescription chez Technal, ne vont pas faciliter la tâche des gammistes et des façadiers. Bien que les opportunités soient toujours à saisir, en particulier celle, à court terme, du plan de Relance, ou celle de la rénovation tertiaire, comme le souligne Sandra Bertin, déléguée générale du SNFA (lire pages suivantes).
La vigilance des acteurs se mobilise surtout depuis plusieurs mois sur les hausses continues de prix et les tensions sur l’approvisionnement qui touchent toutes les matières premières, à commencer par l’acier et les plastiques mais aussi, dans une moindre mesure, l’aluminium, comme le détaille très clairement Cyrille Mounier, directeur général du GFA (lire pages suivantes) – sans oublier les poudres de laquage.
Dans ce contexte, les éventuels nouveaux reports de la RE2020 sont un moindre souci. L’un des objectifs prioritaires, résumé par un gammiste : « Traverser cette crise en minimisant le nombre de chantiers arrêtés et en essayant de gérer

Texte Laurence Martin

Cet article est un extrait du dossier spécial Façades de L’Echo de la baie n°141, de Juin 2021. Pour lire le magazine en intégralité, vous pouvez vous abonner ici ou acheter à l’unité ce numéro ici.

Dans le dossier spécial Façades de L’Echo de la baie, vous découvrirez une trentaine de pages dédiées à l’analyse du marché de la façade, avec des interviews, et un panorama de produits.

Sommaire du dossier spécial Façades :

114 • Les acteurs peaufinent leurs solutions et services
116 • Un marché sur le fil du rasoir
122 • Solutions : Panorama des nouveautés
130 • Les acteurs affûtent leurs services
134 • Des projets exemplaires


Abonnez-vous

Profitez du magazine où et quand vous voulez. Abonnements papier et offres 100% numériques sur ordinateur, tablette et smartphone

Je m’abonne à partir de 60 €

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Contact

Tel. +33 (0)2 43 59 90 80