Le cercle vertueux du “Made in France”

#Quoi de neuf ? Publié le 28 septembre 2020

S’il existe un secteur industriel maîtrisé, presque d’un bout à l’autre, par la France, c’est bien celui de la fabrication, et par extension, de l’assemblage des fenêtres PVC. L’UFME avance même le chiffre de 88%, pour désigner le caractère franco-français des différents intervenants dans la création de menuiseries PVC. Le SNEP a bien compris cette force en créant la marque de qualité QualiPVC fenêtre qui vise à valoriser la fenêtre PVC sur la qualité et la traçabilité de sa production ; l’assemblage de menuiseries à partir de profilés PVC doit être réalisé en France. Un “Made in France” auquel sont attachés, à la fois les fabricants de profilés, mais, en amont, les fournisseurs de compounds PVC.

A l’origine de la fenêtre, il y a le compound. Et, pour porter la voix des compounders 100% gaulois, Thierry Jaffrain, Directeur Commercial d’Actiplast. “Nous fabriquons des formules de granulés PVC pour l’extrusion plastique, destinés aux fabricants de profilés divers. Et nos clients fabricants sont presque exclusivement français. Pourquoi ? Parce que nos échanges sont extrêmement techniques, et que, pour parvenir à la perfection en termes de formulation, il faut parfois réaliser de nombreux échantillons. Or, il est très complexe de parvenir à ce niveau de collaboration lorsque l’on est éloigné de ses clients. Par ailleurs, nous bénéficions des critères d’exigence de qualité absolue du CSTB et du LNE, qui nous imposent de réaliser des produits de très haute gamme. Ces normes drastiques sont en réalité une chance, puisqu’elles nous permettent de sauvegarder le “made in France”, gage de l’excellence de nos produits et de leur mise en œuvre. Enfin, nous sommes évidemment soumis à la législation européenne au travers de la réglementation REACH (Registration-Evaluation-Authorization of Chemicals) qui limite de facto l’importation au sein de l’U.E de substances chimiques pouvant entrer notamment dans la composition du PVC. Un gage de qualité qui bénéficie, in fine, à l’utilisateur final, qui verra ses fenêtres, d’une qualité irréprochable, posées dans les temps, et pour un coût maîtrisé”.

Le “Made in France” rassure le consommateur

Opérant depuis son siège social et unique site de production, dans le Doubs (25), Profialis revendique une production de profils 100% française, et des clients majoritairement hexagonaux. “Depuis la création en 2016 de notre marque privée “Profils de France”, nous ne cessons de constater que nos clients sont de plus en plus réceptifs au fait que nos produits soient conçus et fabriqués en France” explique Sylvain Gaudard, responsable Communication. “Cette marque est l’équivalent d’une indication d’origine. Elle garantit à elle seule l’adaptation parfaite au marché français, la prise en compte des spécificités du bâti de chaque région, l’intégration des normes et exigences environnementales, ainsi qu’un coût carbone concernant l’acheminement des produits réduit à l’extrême”. Même souci d’adéquation entre l’offre et la demande pour la pose. “De la même façon que vous ne concevrez pas la même fenêtre à Brest qu’à Perpignan, les techniques de pose diffèrent aussi selon les régions. Profialis conçoit des produits pensés pour une pose adaptée aux spécificités géographiques françaises. Enfin, crise sanitaire oblige, nous ressentons très fortement chez nos clients une envie encore plus palpable “d’acheter français” ; par solidarité envers notre économie et par souci de préserver nos emplois et nos savoir-faire autant que pour garantir une chaîne logistique plus courte et donc plus fiable”.

Made … et remade in France !

Chez Rehau, créateur de profilés PVC avec ses propres compounds, la nécessité de s’installer en France pour s’adresser au marché français s’est imposée comme une évidence. “Groupe familial allemand, nous n’avions, quand nous nous sommes installés en France en 1962, qu’un bureau commercial. Mais dès le début des années 70, nous avons ressenti la nécessité de construire une usine de production en France en Lorraine près de Metz, de manière à proposer des produits parfaitement adaptés aux attentes de nos clients et des consommateurs finaux”, explique Maxime Boileau, responsable Marketing. “Nous avons aussi, il y a cinq ans, créé le concept d’ “économie circulaire” et avons signé avec nos clients une charte où nous nous engageons à récupérer les chutes de production, ainsi que toutes les fenêtres PVC en fin de vie. Notre but : les réintégrer dans de nouveaux produits, éco-conçus et éco-responsables”. Une démarche environnementale forte, qui n’obère en rien les qualités intrinsèques du PVC, en particulier sa grande diversité de gammes et de couleurs. “En 2008, nous n’avions qu’une seule ligne de plaxage. Aujourd’hui, nous en possédons quatre : signe que le PVC “Made in France” peut aussi répondre à des particularismes locaux importants, comme le rouge au pays Basque, ou le bleu en Bretagne”.

La qualité : la démonstration d’un Made in France assumé

Au sein du Groupe Maine, nul besoin de créer une marque ou un concept environnemental pour démontrer son attachement au Made in France. “La qualité de nos produits est notre meilleure ambassadrice” explique Fabrice Le Letty, son dirigeant. “Grâce à nos deux sites de production, à Ambrières en Mayenne, et près de Thonon-les-Bains, en Haute-Savoie, nous couvrons l’intégralité du territoire français. Une vraie stratégie de proximité pour répondre de manière toujours plus personnalisée et efficace aux attentes de chacun de nos clients. Notre organisation, certifiée ISO 9001, et nos profilés de clôtures et de portails, porteurs de la marque NF, attestent à la fois de la qualité de la matière utilisée, mais aussi de leur performance et de leur durabilité”.

Le Made in France apparaît ainsi comme un gage de qualité, mais aussi comme un moyen de rassurer les clients français, quant aux performances du matériau PVC. Mais Thierry Jaffrain de conclure : “Pour que ce niveau d’excellence perdure, aucun professionnel intervenant dans le maillon de cette chaîne de production ne doit se montrer défaillant. En cette période de grande instabilité des marchés, il incombe au gouvernement de soutenir l’ensemble de la filière pour que notre indépendance industrielle demeure”.

www.snep.org

N°136

Septembre 2020


Vous aimerez aussi

Abonnez-vous

Profitez du magazine où et quand vous voulez. Abonnements papier et offres 100% numériques sur ordinateur, tablette et smartphone

Je m’abonne à partir de 60 €

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Contact

Tel. +33 (0)2 43 59 90 80