Equipbaie : “Un des meilleurs forums

pour l’ensemble de la filière et de nos métiers”

#Quoi de neuf ? Publié le 6 novembre 2018

A l’approche du salon EquipBaie 2018, le SNEP, qui y sera exposant, entend réaffirmer sa raison d’être et les vertus du PVC, dans un contexte de “plastic bashing” où il convient plus que jamais de réaffirmer les qualités du matériau et de promouvoir l’important réseau de collecte et de valorisation, créé par les industriels du secteur. Rencontre avec Philippe Gressier, Président de la Commission Communication du SNEP, ainsi qu’avec Catherine Guerniou, dirigeante de “La Fenêtrière” en Val de Marne, l’une des cinq menuiseries admises à la marque QualiPVC fenêtre, créée par le SNEP.

Philippe Gressier, pourquoi avoir décidé de prendre activement part au salon EquipBaie 2018?

En tant que représentant d’un secteur industriel, nous nous devions d’assurer notre mission de notoriété et de visibilité auprès de l’ensemble des acteurs du secteur. Nous avons également la responsabilité de valoriser l’image de nos adhérents et de nos différents métiers, très variés, puisqu’allant du fabricant d’additifs chimiques au compounder, en passant par l’extrudeur et jusqu’au recycleur. Nous voulons ainsi démontrer la bonne santé de l’ensemble de la filière et de son fonctionnement en cercle vertueux autour d’une économie circulaire. Démontrer que nous partons de la matière première et jusqu’à la réintroduction de matières récupérées en fin de vie dans la fabrication de nouveaux produits. A ce titre, EquipBaie nous semble la meilleure caisse de résonance pour l’ensemble de la filière et de nos métiers.

Quels messages souhaitez-vous véhiculer ?

Depuis le début de cette année, nous avons assisté à des tentatives d’amendements visant à interdire le PVC dans les portes et fenêtres d’ici 2022. Certes, ces mesures n’ont pas été votées, mais le trouble demeure dans les esprits. En parallèle, l’émission Cash Investigation revenait en septembre dernier sur les méfaits des sacs plastiques et des pailles jetables pour l’environnement. Dans l’esprit du grand public, l’amalgame entre le plastique de la grande distribution et le PVC est malheureusement vite fait. Or, il me semble utile de rappeler que le PVC est le troisième plastique le plus utilisé dans le monde, et qu’il ne représente que 5% des déchets plastiques. C’est bien la preuve que les marchés traditionnels du PVC, gros consommateurs, ont, depuis la période industrielle, structuré leur collecte et mis en place tout un réseau de valorisation. Par ailleurs, nous adoptons dans le bâtiment une logique inverse à celle de l’industrie, recourant largement au concept d’obsolescence programmée. Nos produits, qui durent déjà des décennies, deviennent de plus en plus durables, non seulement grâce à leur mode de fabrication, mais aussi aux circuits de revalorisation. Dans ce contexte de “plastic bashing”, nous avons donc particulièrement à cœur de dénoncer le mauvais procès que l’on peut faire au PVC et toujours démontrer ses atouts.

Catherine Guerniou, quels avantages mettez-vous aujourd’hui en avant lorsque vous devez vendre une fenêtre en PVC ?

Il faut encore et toujours faire de la pédagogie. Insister sur la qualité du matériau, sur celle de sa fabrication, et expliquer toutes les propriétés physico-chimiques intrinsèques du PVC qui lui confèrent une parfaite isolation, une facilité d’entretien et de mise en oeuvre, et ce, sans aucun risque sanitaire, grâce aux filières de recyclage très performantes, créées depuis de nombreuses années. J’insiste aussi sur la durabilité des produits en PVC, sur leur efficacité énergétique et sur leur coût abordable. Ces critères convergeant souvent pour un choix d’une menuiserie PVC. Cependant, au delà des atouts mêmes du PVC, j’évite d’entrer dans une sorte de “guerre des matériaux”. Il n’y a pas le PVC d’un côté, et le bois et l’aluminium de l’autre. Il y a trois matériaux dont le choix est aussi dicté par le type de chantier mis en oeuvre.

Philippe Gressier, comment avez-vous conçu le stand du SNEP pour l’événement ?

Nous allons faire évoluer le public vers plus de pédagogie en lui offrant à découvrir des exemples pratiques (notamment pour la partie valorisation et recyclage). Le stand sera donc structuré en deux parties. Une partie dédiée à la présentation des activités du syndicat et de ses adhérents, leurs métiers, leurs spécificités, ainsi qu’une exemplification de l’économie circulaire. Une autre partie s’attachera à présenter la marque Quali PVC fenêtre et accueillera les menuisiers déjà admis à la marque, principalement ceux dont le gammiste/partenaire n’est pas exposant. Le SNEP va également mettre à disposition des gammistes le visuel Quali PVC fenêtre, ceci pour qu’ils renvoient l’information sur leurs stands respectifs. Nous allons adopter la même logique pour la présentation même du syndicat. Au-delà de ces actions ponctuelles, je pense qu’il est temps que la chaîne industrielle soit fière de ses initiatives, comme la création de points de collecte, financée par les industriels du plastique. L’enjeu, pour le SNEP, est donc bien de se mettre en pleine lumière et d’assumer son rôle d’organisme qui représente une filière très active dans le recyclage, en phase avec les objectifs du Gouvernement. Grâce à la co-extrusion, le PVC recyclé est réutilisé dans la partie non visible des profilés. En 2017, la proportion du PVC recyclé était de 7,6 %, elle passera à 20 % en 2025, selon l’engagement volontaire du SNEP signé en juin 2018.

Catherine Guerniou, avec le recul de ces quelques mois, l’attribution de la marque QualiPVC fenêtre a t-elle contribué à optimiser votre image sur le marché ?

Notre image était déjà excellente auparavant, particulièrement grâce à nos actions en faveur du développement durable, qui étaient largement connues. Cela étant, lorsque nous avons en face de nous un client qui met en exergue “le prix à tout prix”, nous sommes aujourd’hui mieux positionnés pour lui parler de qualité de fabrication, la globalité de notre process ayant été auditée par un organisme tiers. Notre crédibilité en sort, de fait, renforcée.

N°126

Décembre 2018


Vous aimerez aussi

Abonnez-vous

Profitez du magazine où et quand vous voulez. Abonnements papier et offres 100% numériques sur ordinateur, tablette et smartphone

Je m’abonne à partir de 60 €

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Contact

Tel. +33 (0)2 43 59 90 80