La frappe dégaine ses stratégies anti-bruit

#Marchés Publié le 24 mars 2020 à 11h22

Techniquement complexe, encore peu réglementée, la performance acoustique de la fenêtre constitue pourtant un argument clé de confort. Face au sujet grandissant des nuisances sonores, les fabricants travaillent la question au corps.

Un français sur deux se plaint du bruit chez lui, essentiellement du bruit extérieur, et un sur six est prêt à déménager de ce fait. Nocives pour la santé au delà de 53 dB, néfastes pour le sommeil au delà de 45 dB*, les nuisances sonores n’impactent pas seulement les zones les plus flagrantes – les 200 000 bâtiments points noirs soumis à plus de 70 dB à proximité immédiate d’aéroports, de TGV et autres transports. Minimale dans le logement, inexistante dans le tertiaire, la réglementation pourrait évoluer, et le marché de la fenêtre acoustique enfin se développer.
Actuellement, « l’essentiel de l’offre sur le marché du résidentiel répond aux 30 dB requis par la réglementation », observe Sylvain Grandviennot, responsable Veille et Homologation chez Veka, « avec des produits de base corrects sur des vitrages 4/20/4 dans les formats français (deux vantaux), des règles de fabrication respectées, notamment sur les deux points faibles de la menuiserie que sont la ventilation et l’étanchéité à l’air, et sur la pose, qui doit être parfaite ». Par ailleurs, « l’obligation de me-sure du bruit dans les ensembles neufs de plus de 10 logements (2017) ainsi que la réglementation en acoustique rénovation pour les travaux embarqués participent à la prise de conscience des acteurs avec des exigences de performances acoustiques de plus en plus précises et élevées ».

La composition et le poids des vitrages sont des leviers clés d’amélioration. Mais le coût des concepts développés avec des solutions plus légères reste un frein majeur, si ce n’est en mode projet, en tous cas dans le logement. Une alternative consiste à travailler sur l’étanchéité et la capacité à accueillir des vitrages plus lourds et performants. Ou, comme vu sur Batimat sur le stand AMCC, à concevoir un double vitrage isolant ultrafin. Finéo by AGC est un vitrage isolant sous vide de seulement 8 mm qui, à épaisseur de vitrage égale dans une fenêtre PVC Alya d’AMCC (feuillure de 28 mm), permet de doubler l’affaiblissement acoustique sans détériorer les performances thermiques en lui com-binant une couche acoustique (ou sécurité, ou anti-feu…). « On peut envisager des volumes sur l’activité chantier, car les CCTP comportent des demandes précises et très fortes d’affaiblissement acoustique », commente Jean-Marie Deslandes, responsable marketing et communication AMCC, mais « le particulier vient très rarement chercher de l’acoustique ».

Pour lire la suite : 

Lien Calameo Fichier PDF


Abonnez-vous

Profitez du magazine où et quand vous voulez. Abonnements papier et offres 100% numériques sur ordinateur, tablette et smartphone

Je m’abonne à partir de 60 €

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Contact

Tel. +33 (0)2 43 59 90 80