Façades : toujours plus esthétiques et techniques

#Marchés Publié le 6 octobre 2020 à 11h28

Dans le contexte littéralement extra-ordinaire lié à la Covid-19, les acteurs de la façade se sont mobilisés pour préparer et assurer la reprise post-confinement puis une rentrée dynamique mais sur le fi l du rasoir. L’activité est bonne, le plan gouvernemental France Relance devrait contribuer à la soutenir, notamment via la rénovation énergétique. Pour autant, c’est le moment pour le SNFA d’accentuer son plan de défense des façadiers. Côté solutions, en attendant de se retrouver, on l’espère, sur Batimat 2021, les gammistes continuent d’orienter leurs offres selon les grandes tendances de fond, axées sur la finesse, la modularité et la technicité. En témoignent la sélection de réalisations présentées dans ce dossier.

Une rentrée sur le fil du rasoir

Après le coup d’arrêt de l’économie au printemps, l’été a été studieux pour les acteurs de la façade, avant une rentrée parfois sur les chapeaux de roue. Comme lors du confinement, certains gammistes n’ont fermé ni la logistique ni les services client, d’autres ont réduit leurs traditionnels congés, pour soutenir la reprise. Le plan France Relance dévoilé le 3 septembre et les mesures en faveur de la rénovation énergétique sont ressentis par la filière, à l’instar de la FFB, comme un signal positif envoyé par le gouvernement. Au moins pour la commande publique. « Le reste dépendra de la confiance des investisseurs privés. Pour l’instant, les projets se poursuivent ; par exemple, les tours à la Défense sont confirmées, et nous ne voyons pas de signe avant-coureur négatif pour 2021 », note, confiant mais pondéré, François Gillardeau, directeur général adjoint Schüco France. « Après une bonne année 2019, le début 2020 était très porteur sur l’activité chantier, indique pour sa part Nicole Perez, directrice marketing et développement d’Hydro Building Systems (Wicona, Technal, Sapa). La reprise est là, bonne dans le résidentiel, plus contrastée dans le bâtiment. » Le décret rénovation tertiaire enfin paru libère la voie à une activité plus dynamique sur ce marché. L’inattendu de la pandémie, ses répercussions, parmi lesquelles les surcoûts des chantiers, évalués entre 10 et 15%, et la difficult...

Cet article est réservé aux abonnés

Pour lire l’intégralité du dossier, abonnez vous à notre formule découverte

Je m’abonne à partir de 60 €

Déjà abonné ?

N°136

Septembre 2020


Abonnez-vous

Profitez du magazine où et quand vous voulez. Abonnements papier et offres 100% numériques sur ordinateur, tablette et smartphone

Je m’abonne à partir de 60 €

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Contact

Tel. +33 (0)2 43 59 90 80