Dossier spécial

une nouvelle génération de vérandas

#Marchés Publié le 22 juin 2018 à 12h24

Véritable pièce à vivre parce qu’isolée et chauffée, à l’esthétique de la toiture plate, extra-plate, en tous cas extension à part entière de l’habitat, la véranda se réinvente en se segmentant. Cet aspirateur de tendances crée l’espace qu’il manque quand il n’est pas possible de déménager et devient le prolongement de la maison même connectée. Il n’en est pas du marché de la véranda comme de la météo de ce printemps. De l’avis des acteurs interrogés, il demeure au beau fixe : « Il a connu un développement soutenu ces dernières années, et les perspectives restent bonnes », déclare Audrey Scomparin, Chargée de marketing chez Sepalumic. Les raisons de cet optimisme ? « Les attentes des consommateurs ont évolué, et la véranda telle qu’elle est conçue aujourd’hui, dispose d’atouts sérieux pour concurrencer les extensions maçonnées ». D’autant que face à des prix de l’immobilier qui ne cessent de grimper : « les clients particuliers réfléchissent à deux fois avant de déménager. La véranda possède donc une sérieuse carte à jouer », rappelle Vrège Jeloyan, Directeur réseau chez Vie & Véranda. Comme le confirme Olivier Cros, Directeur commercial d’Installux Aluminium : « Le marché de la véranda est en complète contraction. La première raison tient dans l’engouement pour la toiture plate, et la seconde dans le fait que ce marché de la véranda a été absorbé par la notion d’extension de l’habitat ». Fini – à quelques exceptions près – le jardin d’hiver. « Les vérandas désormais sont aussi des espaces qui font appel à de nouveaux matériaux – structure bois, étanchéité, électricité – et de nouvelles compétences proches du tous corps d’état ». La véranda est morte ! Vive l’extension de l’habitat. Une nouvelle génération, toujours ouverte sur l’extérieur, mais qui rime désormais avec performances thermiques, acoustiques et phoniques, « Ce sont de vrais espaces où on installe une vraie pièce à vivre. Ceux qui n’ont pas pris ce virage risquent de rester à quai », augure le dirigeant d’Installux Aluminium. Des territoires de conquête Plusieurs vecteurs...

Cet article est réservé aux abonnés

Pour lire l’intégralité du dossier, abonnez vous à notre formule découverte

Je m’abonne à partir de 60 €

Déjà abonné ?


Abonnez-vous

Profitez du magazine où et quand vous voulez. Abonnements papier et offres 100% numériques sur ordinateur, tablette et smartphone

Je m’abonne à partir de 60 €

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Contact

Tel. +33 (0)2 43 59 90 80