Des (r)évolutions dans l'air

#Marchés Publié le 24 mars 2020 à 11h47

QAI. Derrière ces trois lettres émergent en France la conscience d’un enjeu de santé publique, des réflexions réglementaires et, pour les menuiseries, un marché de la qualité de l’air intérieur que la fenêtre intelligente commence à investir.

Le bâtiment sain est en train de passer du discours des experts à l’opinion publique. Et celui sur la qualité de l’air intérieur avec. Les études statistiques fleurissent ainsi qu’une expression : la « génération indoor », qui passe 90% de son temps dans des lieux clos alors que, selon le Cerema*, un bâtiment sur deux ne respecte pas les réglementations en vigueur sur la ventilation – deux sur trois pour les maisons individuelles. Les pouvoirs publics l’ont déclarée enjeu majeur de santé publique depuis le début des années 2000. La RE 2020 pourrait faire rupture par rapport aux précédentes réglementations thermiques aussi en l’intégrant, même si rien n’est fixé pour l’instant.

En attendant, les fabricants de menuiseries sont au diapason dans le neuf et la rénovation, avec des solutions qui, au-delà de l’intégration d’une simple grille, vont de l’aération passive dans le dormant à l’aération motorisée via un caisson au-dessus de la fenêtre en passant par l’adaptation du joint entre l’ouvrant et le dormant en partie haute, voire l’ouvrant d’aération, par exemple à côté d’un coulissant ou dans une véranda. En jeu ? Proposer des systèmes efficaces qui tiennent compte d’exigences croissantes aux plans thermique, acoustique et esthétique de la baie. Avec la notion de QAI, la ventilation convoque désormais les fonctions de dépollution et de gestion fine de l’aération en liens étroits avec le confort thermique, le confort d’été et la sécurité. La motorisation des menuiseries, les systèmes de GTB dans le tertiaire et l’avènement de la maison connectée incitent à des innovations de rupture dont les récents salons ont donné des aperçus remarqués. Du concept au produit puis au ventes sonnantes et trébuchantes, le chemin peut prendre quelques années. Des plus classiques au...

Cet article est réservé aux abonnés

Pour lire l’intégralité du dossier, abonnez vous à notre formule découverte

Je m’abonne à partir de 60 €

Déjà abonné ?


Abonnez-vous

Profitez du magazine où et quand vous voulez. Abonnements papier et offres 100% numériques sur ordinateur, tablette et smartphone

Je m’abonne à partir de 60 €

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Contact

Tel. +33 (0)2 43 59 90 80