Parole d'architecte : Manuelle Gautrand : L' « intranquille » engagée

Portrait

#Architectes Publié le 28 février 2017 à 12h42

Depuis près de vingt ans, elle érige l’audace face à la crise de la modernité. Du navire amiral de Citroën sur les Champs-Elysées au dernier-né, le cinéma Gaumont-Pathé Alésia et ses façades en origami de métal, verre et LEDs, en passant par la Suède ou l’Australie, Manuelle Gautrand vise à « ré-enchanter la ville ». Rencontre avec une architecte inspirée, récemment élue présidente de l’Académie d’Architecture.

Interview de Manuelle Gautrand

L’Echo de la Baie : Vos parents étaient architectes. Par-delà cette filiation, y a-t-il eu une rencontre déterminante ? Manuelle Gautrand – L’architecture a été un choix intuitif et naturel ; j’ai été élevée dans un environnement très artistique et n’ai jamais envisagé de nager dans un autre univers. Mais en deuxième année d’architecture (à Montpellier, NDLR), alors que j’étais partie à l’autre bout du monde, j’ai eu un choc architectural devant l’Opéra de Sidney. Cette visite à l’âge de dix-neuf ans m’a fait passer de l’envie à la passion de l’architecture ; elle m’a fait prendre conscience du pouvoir émotionnel que peut avoir un...

Cet article est réservé aux abonnés

Pour lire l'intégralité du dossier, abonnez vous à notre formule découverte

Je m'abonne à partir de 60 €

Déjà abonné ?


Vous aimerez aussi

Abonnez-vous

Profitez du magazine où et quand vous voulez. Abonnements papier et offres 100% numériques sur ordinateur, tablette et smartphone

Je m’abonne à partir de 60 €

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Contact

Tel. +33 (0)2 43 59 90 80