L'homme du mois : Pierre Tisseau, “Pas un PDG, un entrepreneur”

#Fabricants Publié le 23 février 2021 à 15h28

Quadrupler le chiffre d’affaires de l’entreprise familiale, faire le tour du monde avec femme et enfants… Pierre Tisseau aime aller vite. Aller vite… et bien ! Une hyperactivité qu’il sait cependant gérer pour mettre ses compétences au service du développement du Groupe Renoval, mais aussi pour s’engager aux côtés des jeunes. Rencontre avec ce passionné de sport automobile qui sait aussi lever le pied pour échanger et partager.

“Ce n’est pas parce qu’on est “fils de” que notre avenir est tout tracé. Reprendre l’entreprise familiale doit procéder d’un choix, pas d’une obligation”. C’est dans cet état d’esprit que Pierre Tisseau, à l’âge de 25 ans, décide de rejoindre son père et son frère Damien chez Rénoval. “Après des études dans une école de commerce à Bordeaux et trois ans dans un grand groupe électroménager en tant que commercial terrain, j’avais besoin de relever un nouveau défi”. Coup du destin : en 1998, la société familiale a besoin de compétences comparables à celle de Pierre Tisseau. Son père et son frère lui proposent le poste. “J’accepte la proposition que je vois comme un défi et pas nécessairement comme le cours logique des choses”.

Le “paquet cadeau” à 25 ans !

Deux mois après son intégration, le frère aîné de Pierre Tisseau quitte l’entreprise. “Mon père était déjà dans une dynamique de départ en retraite. Je me retrouve donc seul aux commandes de l’entreprise qui, à l’époque génère un chiffre d’affaires de 8 millions d’euros et recense près de 80 collaborateurs. Un beau paquet cadeau qui, loin de m’inquiéter, me stimule”. Au début des années 2000, Rénoval développe deux activités : la conception et la fabrication de vérandas et de menuiseries spéciales en aluminium. Dès le début de sa mission, Pierre Tisseau remet en question la pertinence de la vente directe pratiquée par l’entreprise. “Nous intervenions directement chez les particuliers pour poser nos vérandas ou menuiseries. Quand le client habitait à proximité de l’entreprise, cela se gérait très bien. Mais quand il fallait intervenir à plus de 200 km, l’organisation devenait complexe. J’ai donc rapidement revu le circuit de distribution de nos produits. J’ai ainsi développé l’activité B to B avec des revendeurs qui sont devenus des partenaires, puis des concessionnaires. Aujourd’hui, 97% de notre activité en vérandas passe par des professionnels”.

Pour lire la suite de l’homme du mois :

Lien Calameo Fichier PDF


Vous aimerez aussi

Abonnez-vous

Profitez du magazine où et quand vous voulez. Abonnements papier et offres 100% numériques sur ordinateur, tablette et smartphone

Je m’abonne à partir de 60 €

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Contact

Tel. +33 (0)2 43 59 90 80