Le PVC et la couleur : une palette de possibilités

toujours plus large

#Quoi de neuf ? Publié le 22 février 2019

Avant, c’était le chêne doré… mais ça, c’était avant. Plus précisément jusqu’en 2017. Mais depuis 2018, les teintes gris anthracite, pailleté, marron ou noir profond connaissent de fortes progressions. Non, il ne s’agit pas des couleurs de la mode de l’été prochain, mais de celles prisées par les français pour leurs menuiseries PVC. Des tendances que ne peuvent ignorer les gammistes et leurs fournisseurs, producteurs de films. La demande de couleurs dans le PVC augmente d’une façon très significative.

Le pourquoi du comment avec Patrick Martinez, Membre gammiste du bureau du SNEP et Directeur Général chez Gealan, et avec deux adhérents, membres de la commission communication du SNEP; Olivier Dirringer, Directeur commercial chez Rehau et Yves Ballo-Kassoum, Chef des ventes chez Renolit.

30%. C’est la part des ventes de fenêtres PVC en couleur en 2018. Un chiffre éloquent que rien ne laissait présager si l’on se remémore le réveil tardif des professionnels du secteur. « Nous avons longtemps été peu inquiets concernant la couleur », avoue Olivier Dirringer. « Dans les années 2000, nous avons en effet cru que la demande allait rester marginale, car le PVC blanc représentait encore la quasi-totalité de nos parts de marché. Ainsi, lorsque nos clients menuisiers voulaient de la couleur, nous leur recommandions plutôt d’aller voir du côté de l’aluminium, car les volumes, marginaux, n’étaient pas menaçants pour le PVC. Et puis, petit à petit… devant la demande qui croissait, lentement, mais sûrement, nous avons réagi. Et en 2005, tous les gammistes présentaient ainsi leur propre gamme en couleur ».

La fenêtre : un nouvel objet de décoration dans la maison

Pourquoi la couleur est-elle aujourd’hui plébiscitée en France ? « Parce qu’elle est aujourd’hui un élément de design à part entière dans un intérieur », explique Patrick Martinez. « Elle se doit de répondre à des tendances architecturales, auxquelles sont de plus en plus réceptifs les ménages. On le voit en consultant certains programmes télévisés. La décoration et l’architecture d’intérieur se démocratisent, et de plus en plus de ménages veulent évoluer dans un intérieur s’inscrivant dans les normes esthétiques actuelles. C’est ce qui justifie le bond record du gris anthracite, par exemple, jugé sobre, mais de bon goût. Par ailleurs, nous nous devons également de répondre parfois à des influences régionales, encore très prégnantes. C’est pourquoi nous vendons plus de bleu en Bretagne, plus de rouge dans le Pays basque et en Normandie, et plus de vert dans le Sud de la France ».

Priorité à la diversité

Pour répondre à cette demande qui, selon une étude TBC publiée en mars 2018, a enregistré une hausse de 60% entre 2016 et 2017, les professionnels se sont organisés. « En tant que spécialistes du plaxage, nous venons de créer deux nouvelles finitions déclinées dans quatorze coloris. Une finition non seulement en couleur unie et très mat, mais aussi dans des finitions dont le grain ressemble à s’y méprendre au bois », explique Yves Ballo-Kassoum. Car au-delà d’un nuancier qui, chaque année, évolue et se diversifie, c’est aujourd’hui sur les films plaxés et leurs grains, si spécifiques, que se joue la différence. « Au toucher, le grain si particulier du film bois fait réellement illusion », poursuit Olivier Dirringer. « Si vous vous situez à deux ou trois mètres de la fenêtre, faire la différence entre du vrai bois et du plaxage bois est devenu très difficile.

C’est d’ailleurs le même constat pour le film aluminium, qui ressemble à s’y méprendre au matériau ». Pour les profils colorés, chaque année, la gamme se renouvelle, notamment chez Rehau. « Tous les ans, nous faisons un point sur les couleurs qui ont été le plus vendues et celles qui n’ont pas rencontré le même succès. Nous renouvelons ainsi régulièrement notre nuancier, en proposant toujours des nouveautés. Nous venons même d’investir dans une nouvelle ligne pour être en mesure de répondre à la demande croissante de PVC couleur qui représente aujourd’hui 30% de nos ventes ».

Mais la diversification va plus loin encore. « Nous sommes aujourd’hui en mesure de personnaliser totalement une fenêtre en proposant une couleur pour le côté intérieur de la maison et une couleur différente à l’extérieur », poursuit Patrick Martinez. Un constat rendu possible par des techniques de plaxage toujours optimisées. « Certes, la part de la couleur augmente, mais les possibilités techniques de traitement de films, ainsi que les garanties pour les utilisateurs finaux se diversifient également », ajoute Yves Ballo-Kassoum.

L’assurance d’un PVC couleur durable

Quant à la résistance aux UV, les professionnels dissipent le doute immédiatement. Patrick Martinez précise : « Tous les produits devant passer par l’étape « avis technique » avant d’être commercialisés, leur durabilité est assurée. Nous réalisons même des tests en interne en doublant le temps d’exposition aux UV ». Même discours rassurant côté plaxage. « Nos films couleur offrent une telle tenue dans le temps que nous garantissons pour l’une de nos gammes désormais une durabilité de vingt ans, quel que soit l’endroit où vous vivez dans le monde », ajoute Yves Ballo-Kassoum. Néanmoins, le plaxage est loin d’être la seule solution de mise en couleur des profilés PVC garantissant une grande durabilité. En effet, il existe de nombreuses techniques de coloration des menuiseries telles que le laquage, le plaquage bois et le PMMA (de l’anglais « polymethyl methacrylate” qui signifie polyméthacrylate de méthyle en français) .

Dans le cas du laquage, le SNEP et le CSTB ont travaillé conjointement à la mise en place d’une procédure et de tests pour intégration dans les Documents Techniques d’Application. Le plaquage bois qui consiste à coller une fine épaisseur de bois véritable sur la face intérieure du profilé, est sous avis technique, tout comme le PMMA. Pour la solution PMMA, on utilise une technique de coextrusion au cours de laquelle la masse acrylique (PMMA) et la masse PVC blanche fusionnent et deviennent indissociables. L’avantage du PMMA est de posséder une résistance inégalée aux UV. La certification a également évolué pour répondre à cette nouvelle demande vers plus de couleur. En 2018, la marque QB33 « Profilés PVC revêtus » est entrée en application, elle s’attache à contrôler les caractéristiques d’aptitudes à l’usage et la durabilité des films, des laques et des profilés PVC revêtus.

Et quand on les interroge sur la fenêtre PVC de demain, les avis sont unanimes. « Elle sera nécessairement en couleur et connectée. Mais la question est plutôt de savoir quels services nous devrons encore proposer, non seulement à l’utilisateur final, mais aussi à nos clients fabricants pour optimiser toujours davantage l’interactivité avec leurs publics et leur propre offre de services », conclut Patrick Martinez.


Vous aimerez aussi

Abonnez-vous

Profitez du magazine où et quand vous voulez. Abonnements papier et offres 100% numériques sur ordinateur, tablette et smartphone

Je m’abonne à partir de 60 €

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Contact

Tel. +33 (0)2 43 59 90 80