Le bardage PVC : l’indispensable touche déco

#Quoi de neuf ? Publié le 2 octobre 2019

Secteur tertiaire, habitat collectif ou individuel : aujourd’hui, l’heure est à la
personnalisation des façades. Et, dans ce domaine, le PVC bénéficie d’une sérieuse longueur d’avance. A la fois auprès des particuliers, qui y voient un moyen de se sentir vraiment chez eux. Mais aussi des industriels, qui n’hésitent plus à recourir à certaines méthodes innovantes pour imposer leur image ou séduire leurs publics. Rencontre avec les adhérents du SNEP ; Olivier Leplingard, Directeur Général Adjoint, et Frédéric Fulbert, chef des ventes dédié au bardage PVC, tous deux chez Alphacan, mais aussi avec Yann de Bénazé, Président du SNEP et de Profine France.

Qu’il s’agisse d’une résidence principale ou secondaire, le bardage PVC représente une manière esthétique et intelligente de renforcer l’Isolation thermique par l’extérieur (ITE) d’un bâtiment. « Bien qu’il ne puisse en aucun cas servir d’isolant à part entière, le bardage en PVC expansé ou cellulaire, optimise en effet les performances de l’isolant posé » explique Frédéric Fulbert. En intégrant un agent gonflant pendant l’extrusion, on obtient un PVC expansé plus dense que certains autres produits cellulaires. Pour fabriquer ses clins de bardage, Alphacan maitrise l’expansion afin d’obtenir une cellularité plus fine, ce qui apporte une très bonne qualité thermique, une meilleure rigidité, donc une excellente résistance aux chocs.

Les clins de bardage en PVC proposé par Alphacan pour la partie ‘BATIMENT’ sont déclinés sous trois aspects : un aspect de surface lisse, qui revient en force sous l’impulsion des architectes prescripteurs, mais aussi un aspect veiné en relief obtenu par grainage et qui va pouvoir imiter l’aspect du bois au toucher. Et enfin, un aspect veinage aspect bois obtenu par plaxage, c’est-à-dire par thermocollage d’un film décoratif.

Le bardage PVC, parfois plus qualitatif que le bois

Le plaxage, selon la qualité des matériaux et la complexité des techniques mises en oeuvre, n’est pas toujours moins onéreux que le bois. “Vous pouvez opter pour un bardage en aggloméré ou composite qui, comme son nom l’indique, n’est pas du bois massif, mais un agrégat de matières végétales. Certes, vous paierez moins cher, mais vous devrez aussi composer avec un matériau pouvant être moins isolant et travaillé que le PVC”, ajoute le commercial en charge du bardage PVC chez Alphacan.

“Par ailleurs, il est bon de rappeler que le PVC est aujourd’hui tout aussi recyclable que le bois et qu’il garantit une durabilité très importante, avec un entretien très réduit ”. Un atout sur lequel nous allons capitaliser ces prochaines années pour répondre à la très forte demande de bardage PVC en rénovation, car un grand nombre d’habitations individuelles vont devoir refaire leur isolation. Notre service R&D travaille d’ailleurs sur des innovations, toujours très qualitatives et pouvant satisfaire un public élargi”, ajoute Frédéric Fulbert.

Une palette de couleurs toujours plus large

Si le PVC offre un avantage, c’est très certainement la créativité permise avec le large éventail des couleurs proposées. Et s’il existe bien une forme d’habitat demandeuse de couleurs et d’ambiances festives, c’est évidemment le mobil-home ! “Depuis trente ans, nous accompagnons la croissance du mobil-home en France”, explique Olivier Leplingard. “Aujourd’hui près de 15 000 mobil-homes par an en France sont équipés de bardage PVC. Et nous en concevons 60%. Nous sommes fournisseurs des plus grands fabricants français de mobil-homes. Et notre proximité avec les acteurs majeurs situés dans le Grand-Ouest, fait de nous un partenaire réactif et impliqué depuis des décennies auprès de ces clients”. Preuve de l’implication d’Alphacan : sa recherche constante d’innovation.

“Au-delà du fait que nos modèles soient proposés en PVC expansé avec coextrusion de PMMA grainé et coloré en surface, nous avons enrichi notre gamme de couleurs extrêmement vives et gaies, beaucoup plus dans l’esprit “vacances”. Elles sont beaucoup plus résistantes aux UV, quel que soit le coloris”. Si la France a vu son carnet de commandes exploser ces trois dernières années, un ralentissement des ventes reste à prévoir. “Après une chute marquée de 40% en 2011, les ventes sont reparties en 2017. Nous n’attendons donc pas de hausse majeure ces prochaines années. Ce qui ne signifie nullement que nous n’innovons pas, et aussi dans le secteur de la menuiserie, puisque nous fournissons également à nos clients les fenêtres spécifiques pour le mobil-home”.

Pas du bardage… de l’habillage extérieur !

Dans le domaine du parement de façade, il n’y a pas que le bardage. Yann de Bénazé, représentant du groupe Profine, en atteste. “Nous concevons des plaques PVC moussées pour les assembler ensuite en panneaux sandwich, bi-matériaux… Nous habillons les façades en jouant ainsi avec des panneaux sur la couleur, la découpe, parfois très ajourée, parfois très droite, très florale… Au-delà de l’aspect décoratif, nous sommes aussi en mesure de collaborer avec des menuisiers pour remplir avec nos plaques des impostes, ou dans le bas d’une porte-fenêtre, par exemple, afin de personnaliser la confidentialité d’un lieu de vie.

Aujourd’hui ce marché décoratif reste assez confidentiel en France, mais son potentiel de développement est énorme. En revanche, à l’étranger, et notamment au Moyen-Orient, les demandes sont beaucoup plus importantes. Même si ces techniques d’habillage de façades requièrent une grande technicité et une attention particulière (dilatation, prise au vent…), on voit actuellement des centres commerciaux habillés de ces panneaux découpés sur 3 000 m2, par exemple. Un marché qui gagnera certainement l’Europe sous peu, puisque l’Espagne commence à s’y intéresser de près.

N°130

Septembre 2019


Vous aimerez aussi

Abonnez-vous

Profitez du magazine où et quand vous voulez. Abonnements papier et offres 100% numériques sur ordinateur, tablette et smartphone

Je m’abonne à partir de 60 €

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Contact

Tel. +33 (0)2 43 59 90 80