Publicité
Toute l'actu
15/12/2015

Mondial du Bâtiment 2015, un bilan plutôt positif

l-homme-du-mois-107-guillaume-loizeaud-intuition-et-gout-du-challenge

SALON

Interview de Guillaume Loizeaud, Directeur du salon


L'Echo de la Baie : Êtes-vous globalement satisfait de l'édition 2015 du Mondial du Bâtiment ?
Guillaume Loizeaud 
: Oui, la 1ère édition du Mondial du Batiment 2015, réunion des 3 salons Batimat, Interclima+Elec et Ideobain, est dans son ensemble satisfaisante. Nous avions ouvert beaucoup de chantiers d'amélioration qui se sont révélés soit des succès soit des choix pertinents à parfaire pour la suite.



Quelles sont les raisons de cette satisfaction (chiffres, qualité du visitorat, ambiance générale, etc...) ?

Sur le plan des chiffres, c'est une bonne édition, avec 338 110 visiteurs soit un léger recul de 4 % par rapport à l'édition 2013. Certains professionnels se sont déplacés en plus grand nombre : +19 % pour l'exploitation/maintenance, +11 % pour les  installateurs, entrepreneurs, artisans, et + 7 % pour les acteurs de la maîtrise d'œuvre et la maîtrise d'ouvrage. La fréquentation internationale a, elle, connu une croissance de 2 points par rapport à l'édition 2013, passant de 19 à 21 % des visiteurs. Les retours qualitatifs « à chaud » des exposants témoignent d'un visitorat plus qualitatif, avec des visiteurs d'entreprises de mise en œuvre ou prescripteurs porteurs de projets concrets.



Les objectifs que vous poursuiviez ont-ils été remplis : fréquentation, qualité de l'offre et du visitorat, déploiement des innovations, ambiance Business... ?

Oui, les nouveaux dispositifs de l'édition 2015 (parcours, visites guidées, forums, ateliers démonstration, plateforme de business matching) ont favorisé des rencontres plus ciblées entre exposants et visiteurs professionnels à la recherche de solutions  spécifiques à leur métier. Le salon s'affirme comme la 1ère plateforme d'affaires dans le monde du bâtiment et de la construction. Toutefois ce sont les premiers chapitres d'une histoire renouvelée. Nous avons pour ambition de poursuivre nos efforts, de renforcer la transversalité de l'offre entre les trois salons et montrer sur les salons la complémentarité des métiers.


La prescription a-t-elle été au rendez-vous ?

Tout à fait. La  prescription (Maîtres d'œuvre/Maîtres d'ouvrage) représentait 18 % 
des professionnels réunis.


Les étrangers sont venus nombreux. Y a-t-il une évolution notable de leur répartition par pays d'origine ?

Effectivement les visiteurs internationaux sont venus en plus grand nombre, ils représentaient 21% (soit + 2 points vs 2013). L'Afrique subsaharienne, invitée d'honneur, a attiré de nombreux visiteurs (+ 39 %), décideurs et porteurs de projet concrets de cette région en fort développement (Côte d'Ivoire, Sénégal, Cameroun, Nigéria, Gabon). Les visiteurs européens (Italie, Portugal, Pays-Bas, Luxembourg, Norvège) ont également contribué à cette croissance avec une augmentation de + 10 % par rapport à l'édition 2013.


Quelle image garderiez-vous de cette session (un stand, un échange, une animation ou tout autre souvenir significatif à vos yeux) ?
La réussite de l'espace Bâtiment du futur. C'était extraordinaire d'observer l'affluence et l'intérêt de tous les publics sur un tel espace. C'est la meilleure démonstration de la capacité d'innovation de toute la filière.


Les conditions de visite étaient semble-t-il améliorées. Est-ce le sentiment des professionnels que vous avez pu croiser ?

C'est exact, les professionnels ont constaté une nette amélioration : des conditions de circulation meilleures aux abords du parc, plus de capacité de stationnement et de facilité pour se rendre aux salons avec les dispositifs de transport en commun plus nombreux (navettes gratuites depuis toutes les gares de Paris et de la Porte Maillot, nombre de rames de RER maximal aux heures de pointes).


Ne reste-t-il pas quelques points à améliorer ? Lesquels (signalétique...) ?

Si bien sûr, il reste beaucoup à faire notamment sur la signalétique et la circulation entre les halls.


À la veille de la COP 21, dans un contexte où les économies d'énergie sont à l'honneur, quid de la température (physique) très élevée dans les halls du salon ?

Il y a eu beaucoup de variations de température extérieure pendant la semaine, nous avons ouvert avec des températures basses le lundi et terminé le salon avec un climat « presque printanier ». Nous avons donc passé la semaine à optimiser la température des halls entre chauffage et climatisation certains jours. C'est un nouveau sujet d'amélioration.


Quelles sont les initiatives nouvelles déjà esquissées pour l'édition 2017 de Batimat en particulier ?

Nous ferons un bilan très précis avec les résultats des enquêtes de satisfaction des exposants et visiteurs pour bâtir le prochain programme de travail de l'édition 2017. Pour l'instant nous avons seulement la conviction que les actions entreprises en 2015 étaient de bonnes pistes qui seront développées et améliorées pour la suite. Toutefois, nous continuerons de renforcer la transversalité de l'offre et la complémentarité des métiers, avec plus de mise en scène de ces sujets dans les trois salons ; l'innovation et le développement des marchés resteront des axes communs à chaque édition. La convivialité et le développement des opportunités d'affaires entre exposants et visiteurs sont aussi des axes sur lesquels nous allons continuer à innover.

 
Publicité

Index pro

des fabricants

La base de données des professionnels du secteur de la baie

Accédez à l'index pro