Publicité
Toute l'actu
16/12/2014

CONJONCTURE : BILAN 2014 ET PRÉVISIONS 2015

CONSTRUCTION

BATIMENT

Selon la Fédération Française du Bâtiment, en 2014, l'activité du secteur du bâtiment aura plus fortement reculé que prévu. La baisse ressortira à -4,3 % en volume au lieu des -0,4 % attendus fin 2013. Cela résulte d'une combinaison de plusieurs facteurs : une croissance économique toujours atone et sans reprise au second semestre, contrairement à ce que les économistes retenaient comme hypothèse à la fin 2013 ; un blocage de nombreux permis de construire par les maires au cours de l'été suite aux élections municipales ; une confiance en l'avenir de l'ensemble des acteurs toujours au plus bas, ainsi que de profondes transformations pas toujours bien maîtrisées par les pouvoirs publics de l'environnement institutionnel (taux et champ de la TVA réduite, annonce du Crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE), etc... Par marché, c'est le logement neuf (-10,3 % pour la production) avec seulement 300 000 mises en chantier (en date de prise en compte) et le non-résidentiel neuf (-5,9 %) qui auront le plus souffert alors que l'amélioration-entretien (-0,9 %) aura connu une baisse plus mesurée, confirmant son habituel rôle d'amortisseur du secteur. La forte chute d'activité n'aura pas été sans conséquence en termes d'emplois, avec environ 30 000 postes (salariés et intérimaires en équivalent-emploi à temps plein) qui auront été détruits au cours de l'année 2014.

L'année 2015 ne sera toujours pas celle de la reprise pour le bâtiment. En effet, l'activité reculera encore de 0,4 %, hors effet prix. En détail, le logement neuf (-0,1 %) atteindrait son point bas avec une très légère hausse de ses mises en chantier (304 000 unités, en date de prise en compte), mais ce ne serait pas le cas du non-résidentiel neuf (-7,9 %) qui crèverait alors son plancher historique. A noter que sans les mesures bénéfiques de relance annoncées en 2014 par le Gouvernement, le logement neuf poursuivrait lui aussi son repli. La seule véritable bonne nouvelle proviendrait du marché de l'amélioration-entretien dont l'activité augmenterait de 1,5 % en volume, sous l'effet du nouveau CITE et malgré la baisse du prix du baril de pétrole. S'agissant de l'emploi, la forte baisse d'activité observée en 2014 pèserait à plein en 2015, d'autant que l'espoir de reprise s'éloigne. C'est pourquoi 30 000 emplois seraient à nouveau détruits en 2015.

Toujours selon la FFB, pour amplifier la relance du logement neuf et donc du bâtiment, un nouvel allongement des durées de différé de remboursement de PTZ+ paraît hautement souhaitable. De même, il paraît indispensable que les collectivités locales ne sur-réagissent pas en termes d'investissement à la baisse des dotations de l'État. Par ailleurs, il importe de renforcer la lutte contre la concurrence déloyale qui pèse sur les prix et fragilise durablement des entreprises déjà affaiblies par sept années de crise.

 
Publicité

Index pro

des fabricants

La base de données des professionnels du secteur de la baie

Accédez à l'index pro